Lecture : L’hétérosexualité patriarcale

par Solène Koth

Journaliste et essayiste féministe, Mona Chollet s’inscrit aujourd’hui dans la même ligne que la podcasteuse Victoire Tuaillon1. Dans Réinventer l’amour, elle questionne la prégnance du patriarcat au sein des relations hétérosexuelles. A travers un essai narrativisé, elle propose une observation de la domination masculine dans une perspective hétérosociale2.

Sur Mona Chollet, Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles, Editions La découverte, 272 p, 19 euros.

Mona Chollet, étudiant la condition féminine en s’appuyant sur les imaginaires sociaux et politiques, est devenue une figure emblématique du féminisme contemporain. Elle a marqué le public avec Sorcières. La puissance invaincue des femmes (La Découverte, 2018), dans lequel elle explore notre héritage de la figure de la sorcière. Alors que, dans ce dernier livre, elle met à l’honneur une figure féministe dégagée de toute domination, sûre d’elle et célibataire, elle affirme par Réinventer l’amour une volonté de prendre en charge son désir romantique.

Est-il possible de concilier féminisme et hétérosexualité ? C’est une question qui prend une place grandissante dans le paysage théorique féministe. Monique Wittig a initié la question, présentant l’hétérosexualité comme un “régime politique” sur lequel s’assoit la domination patriarcale. Alice Coffin, militante féministe lesbienne, qualifie alors l’hétérosexualité des femmes comme “un douloureux problème3”, et les femmes lesbiennes comme “la plus lourde menace contre le patriarcat et le système de domination masculine4”. Alors que des penseuses telles que Virginie Despentes ou Jane Ward confient leur soulagement de se soustraire enfin à la culture hétérosexuelle et à ses injonctions, un nombre croissant de femmes se déclarent lesbiennes politiques.

Pour ouvrir sa réflexion, Mona Chollet nous propose un éloge de l’amour, insistant sur le fait qu’elle ne le rejette pas : il reste un sentiment à valoriser. Elle dit : “j’adorerais ne parler d’amour que comme cela, en ressassant à l’infini les plus belles histoires que je connais”, mais elle doit se confronter à un obstacle :

“Il est pour le moins perturbant de penser que, selon toute probabilité, parmi les quatre-vingt-dix-huit femmes tuées par leur compagnon ou ex-compagnon en 2020, certaines ont d’abord été intensément heureuses lorsqu’elles ont rencontré celui qui allait devenir leur persécuteur, puis leur meurtrier5”.

La domination et la violence s’invitent aussi dans les relations amoureuses, qui en sont même le lieu privilégié. Faisant référence à la réflexion de Wendy Langford, autrice de Revolutions of the Heart (1999), elle insiste sur le fait que l’espace romantique camoufle bien les relations de pouvoir et les inégalités, que c’est là qu’elles sont peut-être les plus insidieuses6. Nous voudrions voir l’amour comme un sanctuaire, un lieu à part, qui se développe en dehors du patriarcat, mais “le déni ne nous sauvera pas”. C’est pourquoi elle s’efforce d’examiner les dynamiques à l’œuvre dans les relations hétérosexuelles, afin de “démonter l’édifice [amoureux] dans l’espoir d’en reconstruire un autre, plus beau et plus solide7”. Cette entreprise n’est pas une mince affaire, par une particularité singulière de ces rapports de domination : les deux partis sont supposés s’aimer.

Dans une écriture souvent pleine d’amertume mais toujours sensible, elle place son autocritique au cœur de sa réflexion, en interrogeant sa relation à l’amour, longtemps restée idéaliste, et la manière dont elle a évolué. Racontant des pans de sa propre vie, elle narrativise son propos dans un style très accessible. Pour mettre en scène une organisation sentimentale reposant sur la soumission féminine, elle s’appuie sur des exemples concrets dans lesquels on se reconnaît. Multipliant les références artistiques et politiques, elle fait un rigoureux travail de recherche, et nous propose presque une anthologie de récits mis au service de son raisonnement. Cet essai, qui démontre la responsabilité patriarcale des échecs amoureux hétérosexuels, place le vécu comme point d’appui de la théorie. A travers notamment l’usage de la première personne, elle démontre que notre expérience personnelle est profondément politique, et mérite d’être questionnée.

Une politique de l’intime

Allant de la charge mentale à l’érotisation de la réification des femmes, en passant par les violences conjugales, Mona Chollet fait un panorama de la manière dont les hommes exercent une domination sur leurs compagnes, mais aussi comment elles-mêmes se soumettent. Elle déplore par exemple le surinvestissement des femmes dans leurs relations, dans une logique sacrificielle, étant construites autour d’une assignation au care qui les empêche d’être au service de leurs intérêts propres. Nous rappelant que, pendant des siècles, les femmes dépendaient du mariage pour accéder à un statut social et à une identité, elle insiste sur cet héritage historique qui se manifeste encore aujourd’hui. Elle dénonce alors une éducation profondément genrée qui inculque aux femmes l’importance d’attendre passivement un homme, une relation amoureuse, dans laquelle elles trouveront leur complétude, “Un jour mon prince viendra”. Cet ouvrage s’inscrit également dans une perspective intersectionnelle, en abordant par exemple la question de la fétichisation des femmes noires ou asiatiques. On ne s’étonne pas non plus de la violence qui s’opère sur les femmes au sein des couples hétérosexuels, étant donné que les brutalités machistes sont permises et encouragées par la place subordonnée des femmes dans notre société. L’autrice insiste sur le fait que séduction masculine et violence sont encore trop souvent associées : nous baignons dans une érotique de la domination, qui se fonde également sur la culture du viol.

Dans une atmosphère parfois déchirante, mais souvent remplie d’espoir, Mona Chollet insiste sur le caractère déterminant des socialisations genrées. En effet, ce n’est pas un hasard si les hommes ont tendance à aimer les femmes faibles ou fragiles, et les femmes les hommes forts et puissants. Elle insiste sur le fait que nos préférences sont construites : difficile de s’extirper de l’érotisation de la menace et de la dangerosité qui s’exerce autour de nous. Elle s’appuie par exemple sur la théorie de la thérapeute Elisende Coladan, qui a renommé les pervers narcissiques “enfants sains du patriarcat” : en effet, ce sont des hommes qui ont pleinement intégré l’érotisation de la violence ainsi que leur position dominante. Ils ont tous les droits, y compris celui d’exercer une violence sur les femmes. Elle met cela en relation avec la socialisation des femmes, qui est également responsable : l’apprentissage social des femmes à la honte, un sentiment qui rend plus aisés la violence conjugale et les féminicides8. Parcourant les embarras de ces conditionnements sociaux, nous sommes donc invités à envisager nos goûts d’un point de vue politique et à questionner nos préférences, en dépassant la simple notion des goûts et des couleurs : ils ne sont pas si personnels qu’on peut le croire.

“Nous sommes tous fabriqués. C’est seulement quand on l’a reconnu que l’on peut s’inventer un peu.9

Cet ouvrage est donc une belle introduction au féminisme et à la notion d’hétérosocialité. Pour les féministes, certes, il peut donner l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, mais les piqûres de rappel de Mona Chollet ne peuvent qu’être bénéfiques. En nous plongeant dans cet espace de vulnérabilité que constituent les relations amoureuses, elle nous touche intimement et nous pousse à l’introspection. Nous proposant quelques alternatives aux modèles amoureux hégémoniques, elle nous invite surtout à inventer par nous-mêmes des rapports amoureux plus égalitaires et à les expérimenter, pour sortir des représentations classiques.

1 Après son podcast Les couilles sur la table et son adaptation littéraire (Poche Points, 2021), elle réitère l’expérience avec Le coeur sur la table : Pour une révolution romantique, Binge Audio éditions, 2021

2 Hétérosocialité : notion qui met l’accent sur l’hétérosexualité comme un rapport social fondamental, “un rapport autour duquel s’organise et se structure l’ensemble de la société”. Cette notion prend son inspiration dans la pensée de Monique Wittig, voir Daune-Richard A.M., Devreux A.M. (1992), « Rapports sociaux de sexe et conceptualisation sociologique », Recherches féministes, vol.5, n°2, p. 7-30.

3 Alice Coffin, Le génie lesbien, Grasset, 2020, p.193

4 Ibid, p.157

5 Mona Chollet, Réinventer l’amour, p. 11

6 Wendy Langford, Revolutions of the Heart. Gender, Power and the Delusions of Love, Londres, 1999

7 Mona Chollet, Réinventer l’amour, p. 13

8 Lorraine de Foucher, « Féminicides : “La logique patriarcale la plus pure se loge au coeur de l’intime” », Le Monde, 3 juin 2020

9 Amandine Dhée, À mains nues, La Contre-Allée, Lille, 2020

Crédit image :

A Lady Comes to her Lover’s House in a Rainstorm, Troisième Collection Edwin Binney, Musée d’art de San Diego, ca. 1830. Il s’agit de la miniature indienne à laquelle Mona Chollet fait allusion au début de l’ouvrage

Solène Koth est mastérante à l’Université Bordeaux Montaigne (M1 Recherches et études littéraires).



Citer ce billet
BIG (2022, 24 février). Lecture : L’hétérosexualité patriarcale. BIG Bordeaux Interdisciplinaire Genre. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oyyn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search